Django Unchained, Du Grand Tarantino !

25 janvier 2013, 14:46. Posté par
2 244 vue(s)
Bookmark and Share

Django Unchained : Délirant, brillant, envoûtant, percutant, spectaculaire : Un Tarantino Remarquable !

Après avoir abordé le sujet de la seconde guerre mondiale (Inglorious Bastard), Tarantino s’attaque cette fois à un sujet encore sensible aux Etats-Unis : L’esclavage.

Sorti la semaine dernière dans nos cinémas Français, Django Unchained, le Nouveau Tarantino, a beaucoup fait parler de lui :

Spike Lee (Réalisateur et producteur Américain), a déclenché les controverses et critiqué Quentin Tarantino pour son usage répétitif des termes « Nigger » ! Cependant, placé dans son contexte, et surtout si l’on a vu le film, il est facile de comprendre que ce terme n’est pas à tendance raciste, bien au contraire !

L’un des meilleurs Tarantino !

Personnellement, je le classe dans les Top 3 des Tarantino. Fidèle à lui-même, Tarantino nous emmène pendant 2h45 dans un western spaghetti (Sous-genre du Western Traditionnel, institué notamment par Sergio Leone) rempli d’aventures, de violence, de vengeance, de sangs, le tout … avec des passages « marrants ».

On retrouve un Leonardo DiCaprio méchant (Première fois avec Tarantino), un Samuel L. Jackson méconnaissable, Le Christoph Waltz (Oscarisé pour son rôle aussi incroyable dans Inglorious Bastard) complètement exceptionnel et Jamie Foxx, absolument parfait pour ce rôle ! Un casting plus que réussit !

 

Des mises en scène absolument remarquables, des dialogues bien ficelés, des décors et des costumes sublimés, de l’humour et bien sûr, des scènes violentes et sanglantes !

Synopsis

« Dans le sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, le Dr King Schultz (Christoph Waltz), un chasseur de primes allemand, fait l’acquisition de Django (Jamie Foxx), un esclave qui peut l’aider à traquer les frères Brittle, les meurtriers qu’il recherche. Schultz promet à Django de lui rendre sa liberté lorsqu’il aura capturé les Brittle – morts ou vifs. »


Bande Annonce - Django Unchained

 

Bande Originale de Django Unchained

La musique est un autre élément qui rend les films de Tarantino incroyable. On se souvient de Pulp Fiction et Kill Bill avec leur BO parfaite. Django Unchained fait appel à de la musique de Western, qui s’intègre parfaitement dans les scènes, et … Tarantino oblige, on a droit à des musiques complètement décalées !

01. Winged
02. Django (Main Theme) - Luis Bacalov, Rocky Roberts
03. The Braying Mule - Ennio Morricone
04. In that case, Django, after you…
05. Lo chiamavano King (His Name Is King) - Luis Bacalov, Edda Dell’Orso
06. Freedom - Anthony Hamilton & Elayna Boynton
07. Five-thousand-dollar Nigga’s and Gummy Mouth Bitches
08. La Corsa (2ème version) – Luis Bacalov
09. Sneaky Schultz and the Demise Of Sharp
10. I Got a Name - Jim Croce
11. I Giorni Dell’Ira - Riz Ortolani
12. 100 Black Coffins - Rick Ross
13. Nicaragua - Jerry Goldsmith ft. Pat Metheny
14. Hildi’s Hot Box
15. Sister Sara’s Theme - Ennio Morricone
16. Ancora Qui - Ennio Morricone and Elisa
17. Unchained (The Payback/Untouchable) - James Brown and 2Pac
18. Who Did That to You? - John Legend
19. Too Old to Die Young - Brother Dege
20. Stephen the Poker Player
21. Un Momento - Ennio Morricone
22. Six Shots Two Guns
23. Trinity (Titoli) - Annibale e i Cantori Moderni

Ecoutez la BO : ICI

Lue dans les Inrocks, Je ne pourrais pas dire mieux aux personnes qui critiquent systématiquement la violence dans les films de Quentin Tarantino, après, on aime ou on n’aime pas :

C’est toujours la même rengaine, à chaque nouvelle sortie, on reproche à Quentin Tarantino de faire l’apologie de la violence. Ce que les gens qui condamnent systématiquement ce trait ne veulent pas comprendre, c’est que ces films s’inscrivent dans une histoire esthétique où la représentation de la violence est prédominante, et que les relents moralisateurs n’ont pas grand-chose à voir avec l’art.

Tarantino est un cinéaste, il n’a de comptes à rendre à personne et surtout pas à ceux qui veulent mettre sur le dos de l’artiste la brutalité, principalement économique, du monde.

VOUS AIMEREZ AUSSI

 

Ce contenu a été publié dans A la une, Derniere minute, Populaires, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
Articles suivants